Peau-Aime pour Arthur H

crédit DR

Baba d’Arthur je suis

Mon enfance  a été bercée par la folie douce et créative de Jacques Higelin. Avec ma soeur Aurélie, nous avons usé et ré-usé la bande d’une de nos cassettes vidéo fétiches: un spectacle créé spécialement pour la télévision. De Champagne en attentat à la pudeur, en passant par tête en l’air et Geant Jones, nous ne saisissions sûrement pas toutes les subtilités fiévreuses de ses paroles. Mais une chose est sûre, Higelin nous portait loin dans l’allégresse!

Et j’ai grandi, et le fiston d’Higelin, Arthur, aussi… Voilà 20 ans qu’Arthur H me berce de ses mélodies audacieuses, de ses mots ciselés sexys, non moins créatifs que son papa. Aux débuts de Monsieur H, j’ai aussi usé et épuisé la bande de ma cassette (audio cette fois-ci) de son 1er album éponyme, teinté de jazz suave et langoureux.

Arthur H  n’a nul besoin du nom de papa pour prouver qu’il a un grand talent. Il sait nous faire voyager au fil de ses histoires. Et la musique, c’est une affaire de famille. Son nouvel album, Baba Love, a su me transporter aussi bien que les précédents. Il sait bien chanter la beauté de l’amour avec sa rock’n’roll soeurette Izia…

Un soir, mon coeur m’a sommé de lui écrire 2-3 rimes, pour lui rendre hommage. J’ai eu l’honneur de recevoir une réponse. L’honneur, mesdames messieurs, d’avoir fait ronronner Monsieur H. Rien que ça. Alors ce soir, j’ai décidé de vous faire partager ces mots que jusqu’à présent, seuls lui et moi avions lus. J’espère qu’ils vous plairont. J’y ajoute entre-coupé, une vidéo d’un concert qu’il a donné le soir de la dernière pleine Lune, le 10 décembre, retransmis en live par Arte web. Bon voyage!

Cher Monsieur H,

Il y a peu je vous ai vu
Pianoter l’alcool de Gainsbourg
Et puisque je n’ai pas su
Cet autre soir aux trois baudets
Vous sourire et vous saluer
Permettez-moi en quelques mots
De vous dire que je vous trouve beau

La poésie qui m’anime
S’écrit sans une once de frime
Un peu de rêve et de drame
De l’amour simple et sans vacarme
S’évaporant d’une jeune femme

J’ai bien mâché mes mots
Hachées menues mes pensées
Avant de m’essayer
A vous en faire l’écho
Pour vous je détache
Un soupçon de mon cœur
Espérant qu’il ne tache
Nul instant de vos heures
Tout simplement
Et sans attache, cher monsieur H,
Je voulais tenter
Un simple enchantement
Un flash de poudre de fée

J’avais un Arthur chat
J’aime le H aussi
Dois-je donc en déduire
Que le H et le chat
Ne sont pas si loin que ça
Prenez cette petite facette
Et plus que doucement
Sentez le bonheur qui s’y reflète

Si ces mots se glissaient
Au fond de votre poche
Dans mon cœur je ferai
Une nouvelle encoche

http://download.liveweb.arte.tv/o21/liveweb/flash/player.swf?appContext=liveweb&eventId=3021&mode=prod&priority=one&embed=true

C’est pour vous dire merci
De la belle énergie
Qui coule de votre vie
Qu’une grande Julie
S’immisce en petit chat
Une féline poète
Sans apparat se cache
S’échappe dans votre tête
Vers une douceur simplette
Pourvu qu’elle vous touche
Relève les coins de ta bouche

C’est pour vous, Arthur
Le tout petit murmure
D’une poète en fleur
En quête du bonheur

Le site officiel de mon amoureux

3 réflexions sur “Peau-Aime pour Arthur H

  1. bravo pour ce très très joli poème.
    Ben moi, la mama, j’ai connu le grand Jacques (Higelin) avant qu’il ne devienne le chanteur funambule que j’aime…
    J’étais étudiante à Nanterre, je faisais du théâtre avec Pierre Debauche, et celui-ci avait inauguré, créé, le théâtre des Amandiers hé oui ça date ! C’était sous chapiteau et nous, ses élèves, on aidait autant que faire se peut en distribuant des tracts…
    Et il montait « On ne badine pas avec l’amour » d’Alfred de Musset, une pièce que j’adore. Et devinez qui jouait le rôle de Perdican ?
    Jacques Higelin, qui avait alors si ma mémoire ne me fait pas défaut 25 ans ou quelque chose comme ça.
    Il s’était présenté à nous comme « critique au Figaro Littéraire » et nous avait bien fait rire.
    Et il était un très joli Perdican…
    Et voilà un petit souvenir qui reste dans ma mémoire.

  2. Pingback: Arthur H caresse le cool jazz de sa volupté | Laissez parler les ptits papiers...

Ouverte à l'échange, je serai heureuse de vous lire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s