Les enfants sont tous des grains de bâtisseurs

Les ateliers permettent de découvrir la terre sous toutes ses formes

Les ateliers permettent de découvrir la terre sous toutes ses formes

Après avoir été journaliste en mer, me voilà journaliste sur la terre. Bientôt le bois, l’air et le feu? Pourquoi pas, j’aime la nature. Ca me rappelle que j’ai postulé à Bois magazine qui ne m’a jamais répondu, comme 99% des offres auxquelles je postule. En attendant, je suis émerveillée par tout ce que j’apprends sur cette matière à

l’occasion du festival Grains d’Isère. Deux jours durant, j’ai suivi des groupes d’écoliers venus découvrir tous les secrets que recèle nos parterres.

« Combien font un plus un? » telle est la question que pose Alba Rivero, coordinatrice des ateliers Grains de Bâtisseurs. « Deux! » répondent en choeur les élèves de CE2 et CM2 de l’école Saint-Siméon
de Bressieux. Alba repose la question à une mère accompagnant
les classes. « Deux », répond-elle timidement. « Il y a un mystère dans les matières en grains, et nous allons le percer ensemble », sourit Alba.

Devant les enfants, une table, avec posée dessus deux récipients du même volume. L’un est rempli de sable, l’autre
de cailloux. Rappelez-vous que la terre est constituée de divers éléments. Alba verse chacun des bols dans un grand saladier pour les mélanger. Puis elle reverse le tout dans les deux récipients. Et là, Ô surprise! Un bol + un bol de
ces deux matières mêlées = un volume de 1,5. Pourquoi? Parce que le mélange sable et cailloux a chassé l’air qui était plus présent dans chaque bol séparé. Les enfants en restent pantois.

Alba déjoue les lois mathématiques

Alba déjoue les lois mathématiques

Plus l’on a des grains de différentes tailles, mieux l’on peut en chasser l’air. De tous les éléments présents dans la terre,
la seule chose à enlever, c’est l’air. Cela rend la matière plus compacte et plus solide pour la construction. Comme le dit
le titre de cet atelier, la terre, c’est des grains et de l’air.

Pas le temps de souffler, direction l’atelier suivant! Sur la table, une assiette sur laquelle sont posées des petites billes
de verre. « Les enfants, vous vous rappelez que de la terre sèche, c’est comme de la poussière« , explique Alba.
Elle soulève l’assiette de billes qui représentent les grains de terre, et les petites boules roulent dans tous les sens. « Comment la terre va réagir si on verse de l’eau dessus? » demande-t-elle. Après la question du 1+1, les enfants n’osent guère répondre… Alba verse un peu d’eau dans l’assiette, la soulève à nouveau. Toutes les billes se collent entre elles.
L’eau est la colle qui lie la terre. C’est la seule chose que l’on ajoute à la terre pour la lier. Elle forme un pont capillaire. « Un pont, c’est une structure qui relie un point à un autre », souligne Alba. « Pour la construction, l’eau est un pont entre deux grains », conclut-elle.

Et hop! Les enfants sortent d’une des grandes halles pour s’essayer à un nouvel atelier. Cette fois-ci, c’est Nathalie Sabatier qui l’anime. Les enfants s’apprêtent à réaliser un bloc en pisé, ce mode de construction consistant à empiler
de la terre en couches successives pour en faire un mur. Les mini-coffrages sont distribués.

Un peu de terre suffit à rendre un enfant heureux!

Un peu de terre suffit à rendre un enfant heureux!

La grappe de bambins s’élance en courant vers un tas de terre pour en remplir leurs gamates de la précieuse matière. « Attention, il ne faut pas en mettre trop à la fois, sans quoi la terre ne sera pas assez tassée » précise Nathalie.
Pour bien faire son pisé, il faut commencer par bien compacter les côtés; je vous expliquerai pourquoi dans un prochain épisode de ma série terrestre.

L'atelier pisé

L’atelier pisé

« Pas la peine de taper fort, il faut surtout taper bien régulièrement! » précise la coordinatrice. Assis par terre, munis de leurs pisoirs, les enfants s’en donnent à coeur joie pour tasser leur pisé. On se croirait presque dans un petit village africain où les mamas pilent le mil. Les discussions vont bon train tout en compressant: « C’est quoi ton style de musique préféré? » demande Maïssa à Alissa. Puis vient le temps du suspense, le temps qui révélera si les enfants ont bien oeuvré: le décoffrage. Une à une, les plaques de bois qui soutenaient la terre sont enlevées, et les blocs apparaissent. Arthur
est déçu, la terre s’écroule… « Ici, on peut voir que la terre n’a pas été assez tassée, vous voyez l’air qui est resté, et qui fait des creux? » montre Nathalie. Les blocs sont soigneusement emballés, chacun repartira avec son travail.

Puis les enfants se dirigent vers une grande plate-bande de terre en train de sécher. « On va voir si vous vous souvenez
de tout ce dont la terre est constituée »
, dit Nathalie. « Montrez-moi tous les éléments que vous y trouvez ». Sont alors piochés cailloux, graviers, gravillons et autres grains de sable. « Qu’est-ce qui fait tenir ensemble tous les grains de sable? » demande la coordinatrice. « De l’eau? » répond un enfant. « Oui, mais il y a aussi autre chose », affirme Nathalie. « Quelque chose qui sans cela, fait que tout s’écroule. Je vous donne un indice: c’est très très fin. » Pas de réponse.
« C’est l’argile! Sans les grains d’argile, un mur en pisé s’écroulerait » affirme Nathalie. Puis elle montre en taille réelle
un mur en pisé, réplique géante des petits blocs qu’ont fait les bambins. « Si vous regardez bien, vous pouvez voir toutes les couches de terre, et retrouver tous les éléments que l’on a détaillé sur la terre. » déclare-t-elle.

Après l'atelier pisé, un mur en taille réelle

Après l’atelier pisé, un mur en taille réelle

A la fin de la matinée, les enfants sont tous ravis de ce qu’ils ont appris. « J’ai tout préféré! » s’exclame Lucas, 12 ans. « Toucher la terre, c’était super! Et maintenant je sais qu’une construction en terre peut être très solide », ajoute-t-il. Sophie Boggio, une maman qui accompagne les groupes, est elle aussi très satisfaite de la visite. « Toucher les matières, voir de quoi la terre est faite, c’est captivant. J’ai un mur à réparer, j’aimerais le consolider avec du pisé » remarque-t-elle. L’assocation As Terre (association nationale des professionnels de la terre crue) recense les architectes, artisans, producteurs et distributeurs spécialisés en la matière.

La visite aux Grands Ateliers par l’école Saint-Siméon de Bressieux se faisait dans le cadre d’un projet de la circonscription sur la préservation de leur village. Nathalie Arnaud, professeure des écoles, explique qu’ « un architecte est venu faire six séances pour sensibiliser les enfants au patrimoine du village et la construction. Cette sortie était la finalité du projet. »

4 réflexions sur “Les enfants sont tous des grains de bâtisseurs

  1. et voilà j’ai enfin pu lire. C’est passionnant et on apprend beaucoup, à faire circuler, je te souhaite de nombreux lecteurs !

  2. Pingback: Les enfants sont tous des grains de bâtis...

  3. Pis z’ai tout pigé sur le pisé, épuisé du béton et des archis verre et acier, je rêve d’un monde en argile et cailloux, de simplicité… Merci pour ce retour à la terre de l’enfance et de l’art!

Ouverte à l'échange, je serai heureuse de vous lire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s