Feuilleton ordinaire d’une quêteuse de job

Love me, please love me, je suis fou de vous...

Love me, please love me, je suis fou de vous…

Explosion du nombre de pages vues et de visiteurs pour mon dernier article! Le précédent record revenait à mon honorable grand-père, qui s’illustrât sur la toile par mon humble biais. Certains m’ont dit que ce billet sur ma recherche d’emploi était contre-productif, d’autres que c’était décousu. Quoiqu’il en soit, j’ai déjà fait au moins une belle rencontre. J’ai même

été reprise par le Ministère du chômage. J’ai reçu de nombreux témoignages encourageants, et de belles réflexions sont nées de ces mots jetés là spontanément un jour de ras-le-bol. Que d’honneurs.

Le week-end dernier, j’ai fêté dignement les 140 ans de quatre de mes amies (soit 35×4 pour ceux n’auraient saisi la subtilité de la chose) d’adolescence que j’ai la chance de ne pas avoir perdues de vue. On peut se dire « tu t’souviens y a 20 ans » maintenant, et paye ta claque de vieillesse.

Une autre de mes amies, mon ancienne double avec qui l’on nous qualifiait d’inséparables, et devenue Ô hasard elle aussi journaliste, a joué mon coach d’un soir. Et ce ne fût pas pour me déplaire, tant sans enthousiasme était grand! « Rebondis, tu sais raconter, décris tout ce par quoi tu passes dans tes galères! » ma lança-t-elle. Euh oui, pourquoi pas, ai-je mollement pensé. Je sais qu’elle va me guetter, alors je me lance. Plus tard, si ma procrastination ne s’empare pas de moi je ferai même une page dédiée à cette série de guerrière de l’emploi, tiens.

Me voilà dotée d’une nouvelle mission, raconter les étapes, difficiles ou agréables, que peut susciter l’univers de la recherche d’emploi. Allez, c’est parti, youpi! Faisons un joyeux feuilleton de mes aventures de désoeuvrée. Je pourrais déjà énumérer les quelques pistes que mon précédent article a ouvert. Mais tel ne sera pas l’objet de ce premier épisode.

Aujourd’hui j’ai postulé au « meilleur job de France », grâce à une dame Karine qui avait laissé par là un petit commentaire agrémenté d’un lien conduisant à l’offre susdite. Une aventure 2.0 pendant un mois, payée 10000 €. Ca semble trop beau pour être vrai. Le descriptif de l’offre est d’autant plus alléchant. Ah, il faut s’inscrire sur leur plate-forme pour pouvoir postuler. Ce ne sera que la énième sur laquelle je m’enregistre. Me voilà donc sur le site Facejobb.com, plate-forme de recrutement voulant s’étendre en Europe. Ils cherchent à se démarquer des autres en proposant de déposer une présentation de soi en vidéo. Je ne me suis pas du tout renseigné sur le sujet, mais cela n’existe-t-il pas déjà? Bon, peu importe, allons-y gaiement. Je dépose rapidement toutes les infos nécessaires. Pour la fameuse vidéo, il faut que j’assure! Je pense à un ami assistant-réalisateur qui pourrait m’aider à faire un truc sympa. On verra ça plus tard.

Mais hier, je reçois un mail de Facejobb qui dit:

« Bonjour,

Nous sommes très intéressés par votre profil mais nous aimerions voir votre vidéo de candidature?

Pouvez-vous en ajouter une? »

Mais bien sûr! Je suis la candidate parfaite pour le meilleur job de France et je m’en vais vous le prouver! Je décide donc de vite enregistrer une petite vidéo en attendant de voir si je pourrais faire quelque chose d’un peu plus léché si je puis dire, plus tard. Une minute maximum. J’écris un petit texte. J’ai dû m’entraîner, couper. J’ai bien rigolé, en enregistrant l’affaire. Je vous l’offre, c’est cadeau. Simplement, je n’ai pas réussi à télécharger cette foutue vidéo sur le site. La technologie me dépasse parfois. pourtant je suis sûre qu’elle va passer par ici.

A bientôt pour de nouvelles aventures de la terrienne en quête d’emploi!

LIRE AUSSI: Vis ma vie de journaliste de bord

11 réflexions sur “Feuilleton ordinaire d’une quêteuse de job

  1. Voilà lien partagé j’espère que tu as pu télécharger ta vidéo
    Juste une petite critique : tu parles parfois trop vite, attention ! c’est la comédienne qui te dit ça faut articuler et parler lentement… mais sinon bravo ! et on croise les doigts et on partaaaage

  2. Pingback: La contrainte peut être belle | Laissez parler les ptits papiers...

  3. Pingback: Journal d’une sans emploi tenace – épisode 2 (ou 3, selon) | Laissez parler les ptits papiers...

  4. Pingback: Yin et Yang: dans l’obscurité brille une pointe de lumière – épisode 6 | Laissez parler les ptits papiers...

Ouverte à l'échange, je serai heureuse de vous lire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s