Peau-aime nocturne

red flowerAu coeur de cette nuit, je suis nostalgique. Etrange sentiment que la nostalgie, où douceur et mélancolie se mêlent. Ce soir je voudrais être étoile parmi les étoiles, me perdre dans la voie lactée et oublier les maux qui rongent l’humanité. Alors je plonge dans mes rimes, je me perds dans mon imagination fixée sur un papier, et je pose ça là.

 

Mon cognac

Comme une obsession

Les mots me grattent

Avec toute mon attention

Je les flatte

Ce sont les illusions

Que l’on écarte

Les occasions que l’on rate

j’ai comme l’impression

D’être à côté de la plaque

Toujours décalée

Plus ou moins en vrac

Un peu déjantée

Les mots sont mon cognac

Contre la solitude

Qui parfois nous attriste

On plonge dans une béatitude

On cherche des pistes

Le sens je le trouve

Dans des rimes absurdes

Je souhaite être la louve

Des âmes éperdues

Qu’avec ces mots on éprouve

Des choses que l’on croyait perdues

11 réflexions sur “Peau-aime nocturne

  1. C’est très beau, et en effet mélancolique.
    Le mélancolique, c’est beau. Une femme en noir qui a un visage fermé, c’est beau.
    Mais quoi de plus indescriptible qu’un sourire. On peut le voir, le revoir, il sera toujours différent. Parce que la vie intérieur est à chaque fois différente. Je me suis mis à regarder les arbres, mais plus avec mes yeux, mais avec mon coeur. Un bel exercice. Puis j’ai commencé à tout regarder avec mon coeur, et chaque regard est différent.
    Puis j’ai trouvé le point de mes douleurs, ce qui m’a mis sur cette voie intéressante, qui m’a construite, mais qui a suffisamment été utilisée. Et cette douleur a un nom, l’injustice. Je me suis battu toute ma vie contre l’injustice faite aux autres.
    Maintenant, avec les méthodes du pardon, j’utilise des méthodes pour que les injustices se tassent, sans avoir à y consacrer ma vie, mon énergie, et mon coeur reçoit les bienfaits des sourires.
    C’est beau, c’est pérenne, c’est agréable. Une belle vie. Bisous ma jue 🙂

  2. Une piste,
    Extrait d’un livre non écrit… :
    ÉTONNÉE, ÉMERVEILLÉE, RAVIE, OHHHHHHH !
…
    À une époque où j’étais « travaillée » par la réaction, j’ai demandé à Yvan Amar : 

    – Ann : Yvan ? à force de travailler sur la réaction, la voir, la sentir dans le corps, un jour il n’y aura plus de réactions ? Alors, ce jour là, qui serai-je ? (sous entendu… il n’y aura plus de mouvement ? je n’existerai plus ?…)

    Yvan silencieux, très silencieux, mâchouille une graine de cardamome… silence abyssal dans la salle ; Yvan disait toujours : posez la question qui vous empêche de dormir.

    Minutes interminables d’attente, un petit raclement de gorge, il dit :

    –  » Tu me demandes ce que tu seras et qui ?  » 

    – Ann : OUI !
    
- Yvan : Si tu me demandais plutôt si j’ai encore des réactions ?

    Plus rapide que l’éclair, 

    – Ann : Yvan ? as tu des réactions ?

    – Yvan : OUI ! Mais elle est vue immédiatement et se dissout instantanément.


    Depuis ce jour, l’étonnement à la réaction s’est installé, la joie ou sa compagne tristesse font parfois un coucou furtif, et s’envolent comme des papillons ;
    ne reste que poussière irisée de Lumière. ❤ . JOIE !

  3. Julie : « – Au coeur de cette nuit, je suis nostalgique. Etrange sentiment que la nostalgie, où douceur et mélancolie se mêlent. »
    … L’Appel de l’Être… Soupir…
    Tu t’attends.

Ouverte à l'échange, je serai heureuse de vous lire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s