Pas de nouvelles, bonnes nouvelles

crédit DR

La bouche en fleur, où chaque heure est la bonne…

JULIE! Trop de temps est passé depuis la publication de ton dernier papier! Plus de 15 jours? C’est inadmissible, arrête de procrastiner! Euh, qui me parle?… Qui que ce soit, sache que je vis actuellement dans un instantané de velours (la formule n’est pas de moi, une chanson je crois, je ne sais plus). Et c’est peu de le dire. Je suis partie à la rencontre d’une femme EXTRA-ordinaire. Le genre de rencontre qui vous marque pour toute une vie, ‘voyez? Une femme qui m’aide à me rencontrer. Dans la beauté de l’instant présent. Un être empli d’amour, qui ne me connaissait pas (quoique…) et me prend sous son aile divine pour me faire voler dans de hautes sphères et tenter je dis bien tenter y a du taf comme on dit à me faire voler de mes propres ailes. Youpi! Alors le machin qui me parle pour me reprocher de ne pas faire les choses, je te dis TA GUEULE, pour rester polie! C’est comme ça, lalalalala.

Allez, alimentons un brin tout de même. (Vous en saurez plus très bientôt sur cette mystérieuse femme dont je parle, c’est promis) Choisissons au pif paf pouf un peau-aime de mon cru. Oh! la quête il s’appelle. Pas de hasard que je vous dis. Je lis. J’y trouve plusieurs niveaux de lecture. Conclusion: ne jamais prendre les choses au pied de la lettre (la madamagique chez qui je suis me le dit souvent). C’est le cas de le dire, haha qu’est-ce que je suis fun je pense écrire un one-woman show pour tout vous dire. Bref. Je ne sais plus de quand datent ces rimes; en revanche je sais que ce que je lis aujourd’hui n’a rien à voir avec ce que c’était quand je l’ai écrit. Tu me suis, lecteur chéri?

Bonne Pleine Lune, soit dit en passant!

La quête

Si tu me fuis je te suis

Si je te fuis tu me suis

C’est dans le manque que l’on oublie

Ces mots criants de vérité

Toi qui sait si bien t’éloigner

Moi qui n’oublie pas de rêver

 

Quand l’amour déserte notre porte

On ne voit plus les défauts qu’il comporte

On espère qu’à nouveau il nous emporte

Là où tout est serein

Dans les bras de quelqu’un

Là où tout est beau

Dans la douceur des mots

Murmurés si tendrement

Qu’on en oublie le temps

 

Si tu me fuis, je te suis

Jusqu’à devenir ton envie

Si je te fuis tu me suis

Je me jouerais de tes cris

C’est la quête perpétuelle

De l’amour qui nous appelle

Et puis à défaut de quelqu’un, puisque la vie est un JEU, envoyons-nous en l’air!

8 réflexions sur “Pas de nouvelles, bonnes nouvelles

  1. ça fait plaisir d’avoir de belles et bonnes nouvelles !
    si ce ressourcement peut te donner l’envie de te battre et de te trouver ça ne peut être que bénéfique à tous points de vue.
    Et merci à la dame qui t’accueille !

  2. Pingback: Ann Sorel: Un grain de sable dans les rouages du conditionnement | Laissez parler les ptits papiers...

  3. Pingback: La grande farce hypnotique du monde se révèle | Laissez parler les ptits papiers...

  4. Pingback: Pas de coeur, pas de cerveau, 97% d’eau… | Laissez parler les ptits papiers...

  5. Pingback: Brûler de se rencontrer | Laissez parler les ptits papiers...

Ouverte à l'échange, je serai heureuse de vous lire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s