De la Joie de Vivre – musique, Maestro!

crédit Adrien-Raphaël Winter

A chaque instant, Présent & Heureux.

Comme le temps passe. Cette année feu mon grand-père adoré Apé-Pierre Drouin aurait eu 93 ans le 10 février. Je me souviens d’avoir lu un jour que je fouinais dans son bureau le début de discours qu’il avait commencé à préparer pour ses 90 ans. Qu’il ne prononçât finalement pas: comme sa femme, la vie les a rappelés pour leurs 89 ans. Mourrons donc au même âge, les petits trésors, c’est plus élégant! Et qui plus est, le 8 mars, journée internationale des femmes pour Amé.

Je peux vous dire que ce grand-père là était méticuleusement organisé. Considérant à raison le trépas comme inhérent à la vie, il avait organisé tous les détails de ses obsèques. Il a notamment rédigé ce qui serait publié à son sujet dans les Carnets des journaux, dont bien entendu Le Monde.

J’en connais une qui va peut-être se sentir gênée que je dévoile ainsi cette intimité. Mais je considère que tout ce que j’écris au sujet de Pierre Drouin est universel, petite tata. J’en connais un qui va penser « elle continue de le mettre sur un piédestal »… Ce à quoi je lui avais répondu que c’est notamment grâce à cela que sieur Edwy Plenel himself a commenté un article sur Les Ptits Papiers et s’est abonné à mon compte Twitter! C’est ma petite fierté. De toutes façons je suis obligée: j’ai promis solennellement à l’église d’honorer sa mémoire…

Revenons-en donc, à ce qu’il écrivit, à publier pour annoncer son décès. Etrange à imaginer, n’est-ce pas? Et pourtant, quand vous savez cela, ces mots prennent un impact de taille.

En gros, c’est le dernier message qu’il nous délivre de son vivant.

Eh bien je peux vous dire qu’il y a de quoi être fier, encore une fois. Alors voilà je colle tel qu’est paru dans le journal ladite « annonce ». Après tout, c’était public, cette affaire!

Je tiens juste à préciser même si  tout le monde s’en tamponne le coquillard, que ma soeur Aurélie se place avant moi dans la fratrie, c’est elle la vieille, na! J’ai recherché l’auteur de la citation faite par Pierre Drouin, mais visiblement son auteur est inconnu. Elle est en tous cas de toute beauté; un très beau message qu’il est bon de se rappeler de temps en temps.

Solange Drouin, née Vallet,

son épouse,

Isabelle Drouin,

Catherine et Yves Gallon,

Sophie et Georges Winter,

Olivier Drouin,

ses enfants,

Clément, Julie, Aurélie Sabatier,

Alexis, Benjamin, Elodie, Florian

Gallon,

David, Raphaël, Adrien Winter,

ses petits-enfants,

Andréa, Iris, Maya, Valentine,

ses arrière-petites-filles,

Simone Wauquiez,

Madeleine Drouin,

Jean et Marianne Drouin,

ses frère et soeurs,

Les familles Landouer, La Selve,

Lebrun, Yelnik, Pierret, Thiébault, Vallet,

ont la douleur d’annoncer le rappel à Dieu

de

Pierre DROUIN,

journaliste,

chevalier de la Légion d’honneur,

chevalier dans l’ordre national

du Mérite,

survenu le lundi 6 septembre 2010,

à l’âge de quatre-vingt-neuf ans.

L’Amour est immortel. La mort est seulement un horizon, et l’horizon n’est que la limite de ce que nous pouvons voir.

(…)

Ni fleurs ni couronnes.

[Le Monde salue avec respect et émotion la mémoire de l’un de ses journalistes pionniers. Sa compétence et sa curiosité sont un exemple pour les générations suivantes. Nous présentons à sa famille et à ses proches nos plus sincères condoléances. Erik Fottorino.]

Et puis rappelons aussi que M. Boris Vian himself lui accordât la Croix de guerre, mes petits amis!

Mais bon aujourd’hui je ne suis pas venue écrire cela pour faire pleurer dans les chaumières. Juste pour vous faire apprécier la beauté de l’Amour dans laquelle fût immergée Pierre Drouin toute  sa vie durant. Au point que cela soit la dernière chose qu’il rappelle aux petits terriens qu’il laisse derrière lui. Et cet Amour là, il a transparu à travers sa joie inextinguible, permanente, inépuisable. Je me souviendrai toujours de sa mine tout à fait réjouie lorsqu’il nous ouvrait sa porte. Un visage illuminé par la passion de vivre, éternel curieux, gourmand des autres! Je remercie encore la Vie de m’avoir fait naître près d’une personne telle que lui, d’avoir un peu de son sang dans mes veines.

Tout cela pour simplement, déposer ici deux petites  vidéos montrant le feu qui habitait cet être. A chaque Noël nous avions le droit au traditionnel concert de tous les musiciens de la famille. Grand-mère au chant, grand-père, oncle et cousins au piano, saxo, flûte et j’en passe et des meilleures. Avec les cousins nous nous moquions gentiment de cette douce corvée. Mais aujourd’hui tout comme moi, ils savent à quel point ces moments étaient précieux.

La preuve par l’image:

Pierre Drouin se lâche en boogie en 2005 (âgé de 84 ans)

Un 4 mains avec fiston, en 2008 (âgé de 87 ans)

Ouverte à l'échange, je serai heureuse de vous lire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s