Pensées sur l’écriture

crédit DR

Lui c’est Basile le chien, n’ayant su trouver le livre de mon ami Toby

La fascination que je porte aux mots est de taille. Au point qu’avant de savoir lire, je faisais comme si je savais. Trahie par la couverture du livre que je tenais à l’envers… Admirative au point d’avoir un souvenir ému et intact du jour où en classe de C.P un dénommé Guillaume de Montlaur a été le premier à déchiffrer un mot: T-O-B-Y: Toby! Le chien. Inutile de vous dire que je suis tombée immédiatement amoureuse de lui. C’est donc tout naturellement que j’ai décidé vers l’âge de 13 ans de faire des mots mon art de prédilection. Ainsi naquît une passion.

Continuant l’exploration de mon bazar documentaire, j’y ai trouvé un document intitulé « écrire ». Il fait partie de mes multiples tentatives à organiser mes écrits, un jour où j’ai du vouloir les classer par thèmes. Le document date de 2004. Les mots sont sans doute bien antérieurs.
Se relire dix ou vingt ans plus tard montre l’évolution de l’esprit. Lorsque je me prends à le faire, il y a presque cette drôle de sensation de lire l’intimité de quelqu’un d’autre.
C’est pourtant bien mon écriture, mais je suis si différente à présent! J’adresse un sourire taquin à ceux qui disent « je suis comme ça, je ne changerai jamais. » En effet, j’ai décidé de modifier certains traits de ma personnalité: une timidité excessive, ou un esprit profondément négatif bien ancrés en moi. C’est un travail de longue haleine, le marathon d’une vie. Mais « là où il y a une volonté, il y a un chemin », dit Lao Tseu. Humblement, j’ose dire que je suis parvenue à changer ces aspects qui me troublaient. J’ai encore du boulot, nous changeons en permanence. Mais j’ai fait des progrès.

La fascination que je porte aux mots a bien entendu engendré des réflexions dans mon petit cerveau à l’époque bien plus torturé qu’aujourd’hui. J’en pose quelques-unes par ici. Et vous, c’est quoi votre rapport à l’écriture? Que pensez-vous des mots?

Les mots

Les lettres sont de belles convulsions d’âmes. Les mots tentent en vain de percer le secret éternel de l’humanité, le mystère de la vie que l’on perd en grandissant.

************************************************************

Les mots, c’est une vie qu’on laisse derrière soi. On voudrait tous être immortels, c’est une façon de l’être, espérer qu’un jour des yeux les feront vivre, qu’après la mort, ils seront toujours là. Ils sont le matériau des âmes, ceux qui les concrétisent, une façon de se sentir un peu démiurge. 

************************************************************

Les mots roulent sur mon dos. Ils sont perméables de conneries et étanches à l’esprit. Ils sont sans souci mais également sans vie. Ce sont des pierres précieuses qui ne me suggèrent pas comment je dois les tailler,
des édifices détruits avant d’être bâtis, des gerbes d’étincelles invisibles qui ne luisent pas dans la pénombre.
Rien qu’un tas de mots arrachés à la Lune, sans sens, sans goût, sans intérêt ni originalité.
Pourtant ce tas d’ordures je l’aime et ne saurais le jeter. Je suis comme un clochard attaché à ses détritus qu’il amasse en se disant qu’un jour peut être ils lui serviront.

************************************************************

Un fou a la clé de la porte du Temps. Il l’a donné à un écrivain qui l’a posé sous la pâle lueur de sa lampe, pensant qu’il y trouverait l’inspiration dans son ombre. C’est un éléphant blanc qui connaît le chemin de cette porte. Derrière elle sont rangés les vrais destins inaccomplis, qui attendent de pouvoir renaître un jour, de ne pas être une nouvelle fois victime d’une erreur qui a gâché une vie et les a mis dans les oubliettes du plus sombre
des châteaux du roi du Temps.

************************************************************

 J’ai écouté ce soir ce que je voulais écrire. Je lis ce que je sens. Je voudrais mourir d’écriture, désespérée
de n’avoir joui d’une infime satisfaction.
Elle est là, coincée dans ma gorge, murmurant dans tout mon corps.
Je tremble d’effroi face au Temps qui ne permet aucune erreur.

************************************************************

A fleur de peau

Les mots appellent la main

Qui prend la plume

Comme un stimulus électrique

La main écrit

Guidée par l’âme

Qui tente de donner sens

Aux mots.

Trouver un rythme, une mélodie

Jouer sur la sensualité des sons,

Donner la bonne émotion

L’esprit se détend, car la main

Caresse le papier.

L’âme éternelle laisse sa trace

Dans le flot de l’humanité

Grâce au corps éphémère

Elle lui donne un sens,

Une durée, ou une éternité

Comme une pulsion un besoin

La plume guidée par l’âme

La main noircit d’atemporelles pages blanches

De signes signifiants

De simples lignes deviennent

Des mondes enchantés

Une larme au coin de l’œil

Un blues qui frappe en plein coeur

Des milliards de mots

Autant d’émotions

A fleur de peau

Uniques, extraordinaires, originales

Par le besoin subit d’une âme

à vouloir s’exprimer

Différemment, les mots peuvent

Bouleverser des milliers de coeurs

La création tient du divin

Le but inavoué de toucher

A l’oeuvre du grand créateur

L’éternelle satisfaction de produire

D’innover fait s’élever les consciences

Des plus audacieux

 ************************************************************

La plume est guidée par quelques vapeurs d’alcool mêlées aux fumées illicites

Elle s’excite sensuellement et salit toujours

La feuille blanche

Envie de prendre la fuite dans des rêves de mots

Mais lorsqu’elle s’active elle bute

Pour trouver les bons échos

Cette envie de créer une révolution

Disparaît derrière la violence faite

Pour trouver la bonne expression

Les mêmes pensées se répètent

Inlassablement

Jouer avec les émotions

Incessamment

Eternellement

Un rêve de destinée

Grandiose et impossible

5 réflexions sur “Pensées sur l’écriture

  1. Pingback: Peau aime dominical | Laissez parler les ptits papiers...

  2. « Je suis comme un clochard attaché à ses détritus qu’il amasse en se disant qu’un jour peut être ils lui serviront »

    Cette image, chère Julie, c’est de la dynamite !

Ouverte à l'échange, je serai heureuse de vous lire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s