Peau-aime dominical: Oui mais non

mandalaLe numéro 276 a été tiré! Un poème triste. Ma vie sentimentale a toujours été chaotique. Alors non je ne vis pas avec l’homme de ma vie dans ma maison achetée à crédit aux côtés de mes enfants les plus beaux de la Terre. Mais au moins j’en aurais vécu des choses. Oui, je suis bien vivante, ce qui implique aussi traverser parfois les affres de ce que l’existence a de plus bas. Je cherche le bonheur et surtout le fond de ce que je suis, quelles que soient les circonstances. Les dernières expériences avec la gente masculine m’ont encore montré que le bonheur ne doit dépendre de nul autre que soi.

En ce moment je me dis souvent que tout est question d’équilibre. La Voie du Milieu. Il y a quelques jours, la bien-aimée Ann Sorel m’a dit une chose qui m’a beaucoup touchée. Rapport au mouvement de la vie, qu’elle représente par le mouvement de la méduse, fait de respirations, la grâce qui brûle si nous l’approchons de trop près.

Le centre reste toujours le centre. Immuable, immobile, quand la grande Roue de la Vie elle, tourne frénétiquement. Cela m’a rappelé le principe des mandalas sacrés: tout part du centre, tout revient au centre.

 

Ce poème, c’est l’un de mes ex qui l’a choisi. L’un des rares avec qui je suis restée amie. L’un des rares avec qui nous avons su dépasser les tourments de nos egos pour réfléchir, une fois le temps ayant pansé les plaies ouvertes, sur ce qui nous était arrivé, et à nous réconcilier.

 

Oui mais non

Et voilà
Une autre fois
L’amour m’effleure
Mais ne me touche pas
Et voilà
Une nouvelle fois
Je sens une fleur
Magique
Mais qui s’en va

Je t’ai vu
Tu m’as plu
Tu l’as su
Mise à nu

Mais je suis le danger
A ta sérénité
C’est une belle tempête
Résonnant dans nos têtes
Il y a cette énergie
Qui nous rend plus légers
Il y a cet interdit
Empêchant d’y retourner

Dans cette bulle d’onirisme
Je voulais nous plonger
Mais un autre réel
M’a bien vite rattrapée

Je suis une grande rêveuse
Riant de ce trio con-cret
La tête dans les farfadets
Toi aussi tu les as senties
Ces étincelles semées
De poussière d’ailes de fées
Eveillant cette nuit
Et déjà bien trop vite
Il faut prendre la fuite
Après tout ce délice
Il faut se résigner
Ton cœur est déjà pris
Censurée, la magie.
Rideau !

 

3 réflexions sur “Peau-aime dominical: Oui mais non

  1. Jolis mots pleins de nostalgie, magie du souvenir… oui ce n’est pas la vie calme, mais ces expériences sont émouvantes et enrichissantes. Bonne chance ma chérie

  2. « Le bonheur ne doit dépendre de nul autre que soi » : ça a toujours été mon credo chère Julie, alors je suis particulièrement sensible à ce billet !

Ouverte à l'échange, je serai heureuse de vous lire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s