Bougonnement du Vendredi, ou Vénèrdi, selon. Individualisme, FesseBouc et tutti quanti

Y en a marre. Marre marre et remarre!!! Hé ho hein bon mmh. Qu’elle est douce à caresser l’idée de retrouver bientôt mes frères les éléphants qui aiment en toute sincérité, dans la beauté de l’instant.
J’ai besoin de me décharger là, de déblatérer un peu.

Pour dire qu’y en a marre de:

– La dictature de merde imposée par la Fesse de bouc kipuducu et somme d’envoyer des demandes de  contacts uniquement  à des êtres que tu connais. A mon sens cela fait précisément perdre tout l’intérêt de la chose. Il y a toute une foule d’individus desquels je ne me serai pas rapprochée autrement. Un peu comme si dans la rue un flic me menaçait de réprimandes parce que j’ai le malheur d’y aborder un inconnu.

– En parlant de flic, il y en a actuellement quatre en garde à vue pour viol ce matin, et viol au 36, quai des orfèvres (brigade criminelle) s’il vous plaît, c’est plus classe. Où j’ai entendu aussi à la radio l’histoire sidérante d’une  femme menacée de viol et agressée par des attouchements dans le métro de Lille devant tout le monde, mais croyez-vous que quelqu’un serait venu lui porter secours? A gerber, vraiment!

– De cette chiotte de Fesse de Bouc pourrie. Avant je voyais plus les avantages que les inconvénients. Mais ça, c’était avant. Pub de merde sors de ce corps! Contacter des personnes, par exemple, retrouver de vieilles connaissances, des informations par « affinités » etc. Un beau jour, Mme Danielle Bleitrach dont j’admire le travail immense et de qualité sur son blog, à laquelle j’ai rendu hommage plus d’une fois, met un commentaire faisant suite à je ne sais plus trop quel lapsus que je m’amuse à relater parfois. « Un peuple se fait exterminer et vous parlez de bouddhisme » ou quelque chose dans le  genre. Et vas-y qu’elle me vire de ses contacts. Alors que j’avais échangé par messages privés etc, je pensais que nous étions sur la même longueur d’ondes; nous avions parlé de nous rencontrer si je passais vers Marseille… Et sans ménagement autre  que cet étrange commentaire que je n’ai pas saisi; je suis dégagée.

– Comme cette autre personne dont je tairai le nom; pareil, échange de commentaires, proposition de se voir en plus nous sommes voisines, échanges au tél, sms, etc. Je découvre ce matin qu’elle m’a virée elle aussi. Alors je lui envoie un sms pour lui demander si je dois aussi effacer son numéro de tel.

– Des gens qui regardent le trottoir quand ils marchent dans la rue, et la plupart du temps, en faisant la gueule. Tout stressés et speeds, ils font toujours comme si tu n’existais pour pouvoir continuer leur route frénétique sur le bitume parisien. A toi de les éviter. J’ai fait l’expérience une fois. J’ai tenu tête, et n’ai pas dévié ma route. Télescopage immédiat. Engueulade. Insultes. Une folle parmi d’autres. Quoique je n’ai rien contre la folie. Une enragée, plutôt. Une qui comme tant d’autres croie que le monde tourne autour d’elle.

– De ceux qui ont toute la place pour passer leur chemin, mais qui préfèrent te bousculer sans jamais dire pardon.

– De ceux, et il y en a trop, beaucoup trop, qui disent des choses, les revendiquent même, et font l’inverse. Rien que d’y penser, ça m’énerve.  « Oui Julie, nous allons nous voir avant que tu partes ». N’appellent jamais. « Oui je suis un rebelle qui revendique la liberté  d’expression, mais ça ne me gêne pas de censurer allègrement tes commentaires qui m’indisposent sur la PUB que je me fais grâce à toi en te tagguant sur ta page FesseBouc. »

– De ceux qui participent à la propagation de la merde et de la désinformation en parlant de sujets qu’ils ne connaissent pas. J’ai eu l’exemple récemment d’un gars qui commentait l’un de mes articles de blog. Son commentaire montrait clairement qu’il n’avait pas lu mon article. Combien partagent ainsi des choses qu’ils ne lisent même pas? Comme cette page absolument puante qui avait été créé pour soutenir un certain bijoutier de Nice. J’avais dit à plusieurs de mes contacts qui y avaient adhéré d’aller y jeter un oeil, et ils se sont vite désinscrits après l’avoir fait.

– De ce « chacun pour  sa gueule » qui est tout à fait exacerbé par cette chiotte de Fesse de Bouc pourrie. Chacun se met en scène, montre ce qu’il veut, tout est artificiel et je ne parle même pas de la logique commerciale de merde sous-tendue dans tout ça. FB s’est tout à fait emparé de nos vies et transpire dans tous les médias. Comme si la vie était là et rien que là. Ne vous détrompez pas: je m’inclus dans cette fange; je constate que j’y passe énormément de temps alors que je ferai mieux d’écrire des poèmes ou de serrer un arbre dans mes bras. Seulement à force d’y réfléchir, je vois de plus en plus les inconvénients que les avantages, tous les côtés malsains et pervers de la chose. Je vous épargne l’histoire de ce jour où  j’ai découvert que mon mec me trompait grâce à des photos que la connasse  qu’il a baisée avait pris plaisir à poster sur sa page. Et de celle où un autre qui me faisait rêver à une belle histoire m’a lâché comme une  merde sans rien dire. Où est passé le respect, la considération de l’autre dans tout ce merdier?

– De la propagande de merde que font des journalistes médiocres, répandant des idées fausses et des peurs qui n’ont pas lieu d’être dans la tête des gens. Exemple le FHaine pendant les municipales. Pour moi qui ait voté Front de Gauche, j’ai été sidérée par la différence de traitement médiatique en fonction des partis. De la merde que je prends en pleine gueule à cause d’eux (les journaleux de merde) quand j’annonce mon métier. Je pense à mon vénérable ancien, et je pleure.

– Bref, du négativisme qui transpire de cette vieille pute aigrie comme je l’ai déjà dit, qu’est la France. De voir des gens qui ont tout,  faire une tronche de 36km de long et comme s’ils portaient le poids du monde sur leurs épaules dans le métro, je dis stop. Je repense aux lépreux qui t’ouvrent leur coeur avec  leur plus beau sourire, spontanément. On devrait faire des convois de tous ces cons pour leur montrer ce que c’est que de garder un esprit positif et un coeur ouvert même si l’on souffre des pires maux.

– L’Europe est le mac de la France, et lorsque je vois la montée des populismes un peu partout, je crains les élections européennes, et je suis heureuse de ne pas avoir à subir tout cela en partant loin, bien loin, comme un bohémien, par la nature heureux comme avec un homme. Là encore je pense à Pierre Drouin qui a suivi avec exaltation toute la construction européenne, et doit regarder tout cela d’un air affligé. Quoique. Il est dans le grand tout maintenant.

Et c’est bien cela que tout le monde oublie aujourd’hui, que nous faisons tous partie d’un grand tout. La science nous montre que nous contenons tout l’univers, nous sommes des poussières d’étoiles. Il n’y a que l’homme là-dedans qui soit capable d’une telle auto-destruction et surtout d’un tel auto-centrisme. Chez les animaux même des espèces rivales savent s’unir pour  s’entraider. Et après ça on ose se croire supérieurs à eux et considérer qu’un animal est un bien meuble! Je rêve.

Je pleure de tout cela, mais une fois mes larmes séchées, j’écoute Pierre Rabhi, ou le Dalai Lama, et je sens qu’il y a encore de l’espoir.
Je pleure de tout cela, mais je sais aussi que ce que je vois à l’extérieur de moi, n’est que le reflet de mon univers intérieur… Autant dire que c’est un sacré bordel!!!


Je sais sourire aussi, la preuve par ici. Mais y a des fois où il faut que ça sorte. C’est donc chose faite. Ugh.

 

6 réflexions sur “Bougonnement du Vendredi, ou Vénèrdi, selon. Individualisme, FesseBouc et tutti quanti

  1. Ohh jujunette …. je t’embrasse fort , comme dirait notre Ann d’amour , je salue la tarée qui est en toi ….. donc en moi aussi hihi 😉 j’aime ton franc parlé , chose tellement rare de nos jours . Embrasse bien fort ces namours de néléphants pour moi et ressource toi tant que tu peux , dans la douceur et dans la paix …. Et soit présente à chaque secondes que tu vis , dans l’accueil de cette belle pièce de théâtre qu’est la vie , à la fois actrice et observatrice .( PS je me parle aussi à moi même HA-HA ! ) Jo lit Julie ^^ gros bisous et beau voyage , à bientôt 🙂

  2. ah là là… les bougonnements ça soulage, mais faut pas en rester là. Oui il y a de quoi râler et s’énerver. Ceci dit si on n’aime plus des fesses des boucs, ben on peut toujours choisir de ne plus aller les sentir, on peut rester loin de tout ça ou bien n’y passer que de temps en temps… Histoire de prendre des nouvelles des uns et des autres. Et puis comme dit si bien la gentille Anne ô Nyme, la vie c’est une belle pièce de théâtre, peut-être racontée par un idiot comme disait le grand William Shakespeare, mais qui vaut le coup quand même.
    Allez, en avant et vivent les éléphants que tu aimes ! Tant qu’on aime il y a toujours de l’espoir.

Ouverte à l'échange, je serai heureuse de vous lire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s