Ethique de l’information: prenez-en de la graine!

Comme je l’ai évoqué précédemment, je me plais beaucoup à farfouiller dans les montagnes d’archives de mon

crédit DR

En 94, Pierre Drouin a réfléchi sur les impacts générés par les évolutions techniques et scientifiques

grand-père, Pierre Drouin. Un « baron ». Ainsi était nommée la garde rapprochée d’Hubert Beuve-Méry au journal Le Monde.

Dans la première lettre que j’ai retranscrite de lui, il dressait un portrait stylé du fondateur du Monde et du journalisme. Aujourd’hui, je vous livre un petit texte qu’il a intitulé l’éthique de l’information. En quelques mots, il évoque la responsabilité qui incombe au journaliste de ne pas se laisser happer par le pouvoir qu’il détient dans le traitement de l’information. Un texte qui reste parfaitement d’actualité, et que certains journalistes feraient bien de relire de temps en temps! Je serai d’ailleurs ravie d’échanger avec mes confrères et consoeurs à ce sujet.

L’éthique de l’information

« L’objectivité n’existe pas. L’exigence, c’est l’honnêteté », aimait à dire Hubert Beuve-Méry à ses jeunes recrues. Du fait jusqu’à la transmission du fait, par l’image ou par l’écrit, il existe toujours un fossé redoutable. L’appareil de photo n’est pas neutre. Il ne rapporte que ce que fixe celui qui le tient. La plume peut être serve et préserver des angles morts.

L’omission n’est pas la pire atteinte aux droits de l’information. La surimpression, l’abus de pouvoir qui façonne l’opinion au gré des pulsions d’un journaliste ou de la volonté de son « patron » de créer le choc qui augmentera le tirage, sont des dérives bien connues. « Il faut que le pouvoir arrête le pouvoir », écrivait Montesquieu. Il est normal que les médias jouent un rôle de contre-pouvoir vis à vis d’un gouvernement, d’un parti politique, d’un syndicat.

La liberté de la presse est le gage de la démocratie. A condition de ne pas mélanger l’information, matière brute quasi physiquement inaltérable et le commentaire, qui reflète l’opinion du rédacteur tributaire de ses engagements ou de ses valeurs.

Mais qui balancera le contre-pouvoir si puissant de la presse? Aucune institution, bien sûr. Les lecteurs? Un médiateur entre eux et la direction du journal est certes utile. Cela dit, même cuirassé de bonne foi, il n’empêche qu’il appartient au groupe qui lui donne un droit de remontrance.

On en revient au petit mot inscrit au fronton de cet article: l’honnêteté. La conscience du journaliste est le seul rempart vraiment efficace contre les dérives. A l’équipe qui l’entoure de veiller à ce qu’elle ne soit pas… élastique!

Pierre Drouin

A LIRE:

Projet de loi sur l’information

Article Wikipédia sur la déontologue du journalisme

Journalisme et vérité (l’éthique de l’information au défi du changement médiatique), par Daniel Cornu

Une réflexion sur “Ethique de l’information: prenez-en de la graine!

  1. Pingback: Mélancolie | Laissez parler les ptits papiers...

Ouverte à l'échange, je serai heureuse de vous lire!

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s